vendredi 10 décembre 2010

trouver sa voix

Bientôt les inscriptions pédagogiques...Oyez Oyez brave sciences-pistes, soyez prêts!
Il faut se préparer à cette épreuve, qui à elle seule pourrait sufire à la présentation du Grand O et qui pourtant s'insinue dans notre quotidien, développe chez nous des facultés insondables, sans aucune valorisation aucune.
Que faire? Que choisir? Point d'UFC ici pour nous indiquer les rapports qualités/prix. Il faut, pour réussir, un travail acharné ou bien une forte inspiration...tel est le dilemme de l'écrivain également. Irais-je en cours ces lundis matins prochains, dès 8h ou préférais-je sentir le soleil réchauffer mes matins et profiter de l'ivresse de la nuit?
Il est bien dur de tout concilier mais n'oubliez pas: "Impossible is nothing"...(vu à la télé)
Faire preuve de certitude dans le monde actuel n'est pas très en vogue, et le multi-tasking nous plonge dans un embrouillamini de projets divers et (trop) variés qui nous étourdissent. Je suis la première à être indécise et à chercher mes repères dans des lieux, des paroles, des images toujours plus insolites..
croire au destin? En avoir le courage surtout.
A 10 ans vouloir être président de la république, à 20 devenir fleuriste...la jeunesse trouve son pic de maturité dans les dernières années du primaire et l'âge de raison retrouve peut-être de sa force conceptuelle pour notre génération qui s'est fatiguée de ses rêves et qui n'en finit plus de rétrograder son avenir.
La faute à qui? Les politiques, le réchauffement climatique, la pression scolaire, la compétition internationale, tout ou presque peut y passer...
Et même, comme cela fut évoqué  au cours d'une réunion entre étudiants, la faute au baby boom et aux trentes glorieuses!
On pourrait commencer par parler des retraites, de l'absence de perspectives d'avenir, du brouillard très très fonçé qui nous fait face en terme de perspectives professionnelles et de fiscalisation...Génération perdue, sacrifiée..bref chacun choisit son mot..
Et puis on pourrait prendre l'idée à rebours et se dire que finalement, jamais une génération n'a vécue dans une telle opulence, dans un tel bien être consommateur et avec des parents si bien lotis. Nous sommes les enfants de la génération dorée, celle qui n'a pas connue la guerre, celle du progrès technique, de l'augmentation du niveau de vie...
Nos parents ont appris -pour la plupart- à profiter de la vie, et à y avoir droit. Ce droit, contrairement à bien d'autres choses, s'est très vite intégré à nos jeunes ADN et il sussure à tous nos neurones que oui, oui, les RTT et les congés payés, c'est un droit inaliénable..
Moi la première, j'en rêve de ces congés et je me dis que parfois, entre assoc, projets co, stages et bachotage, j'ai déjà fait pas mal...et si à 20 ans, on avait déjà son quotat de cotisations sociales? Le rêve.
On veut tout, on y travaille...il reste à tenir la distance et à savoir en accepter les contraintes.

ps: ma petite justification personnelle pour un tel papier? la conférence de mathématiques financières du lundi matin, 8h...:)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire